Un entraînement cérébral pour traiter la schizophrénie sévère ?

Déc 19, 2018 par

Réduire les symptômes des patients atteints de schizophrénie sévère grâce à un entraînement cognitif ciblé est désormais possible. C’est ce que révèle une récente étude selon laquelle modifier certaines voies neuronales peut améliorer les capacités cognitives chez les personnes suivant un traitement pour la schizophrénie sévère.

entraînement-cérébral-traiter-schizophrénie

Schizophrénie et traitement ciblé

La schizophrénie est une maladie psychiatrique qui touche environ 600 000 personnes en France et qui se manifeste par des hallucinations et des délires. Ses facteurs de risque sont essentiellement génétiques et les chercheurs tentent aujourd’hui de mieux les définir en vue d’une meilleure prévention de la maladie.

À savoir ! Les symptômes de la schizophrénie sont classés en 3 catégories : symptômes positifs (paranoïa, mégalomanie, hallucinations essentiellement auditives, symptômes négatifs (isolement familial et social, insensibilité au monde extérieur) et difficultés cognitives avec désorganisation de la pensée, de la parole, des émotions et des comportements.

Ces dernières années ont vu émerger une intervention thérapeutique prometteuse pour les formes légères à modérées de schizophrénie : l’entraînement cognitif ciblé (TCT pour targeted cognitive training) qui s’appuie sur des jeux sur ordinateur spécialement conçus pour proposer des activités cérébrales sophistiquées. Cette approche cible des voies neuronales spécifiques telles que la mémoire, l’apprentissage et les sens auditifs et les exercices permettent de modifier de manière bénéfique la façon dont le cerveau des patients traite les informations.

Dans ce contexte, une équipe de scientifique a cherché à savoir si le TCT pouvait également améliorer la perception auditive et l’apprentissage verbal chez les patients atteints d’une forme sévère de schizophrénie :

« Les patients chroniques, réfractaires au traitement utilisé par les établissements de soins, sont certes relativement peu nombreux mais consomment une part disproportionnée des ressources en soins de santé mentale. Il est essentiel de trouver un traitement efficace pour eux. » précise Gregory Light, auteur principal de l’étude et professeur de psychiatrie à l’Université de Californie.

TCT et réduction des hallucinations auditives

Pour mener à bien cette étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Schizophrenia Research, le professeur Light et son équipe ont examiné les effets du TCT sur un groupe de 46 personnes atteintes d’une forme sévère de la maladie : la  psychose schizophrénique. Recrutés au sein d’un programme de traitement spécialisé, lourdement handicapés et incapables d’être autonomes, l’ensemble de ces patients était sous tutelle.

Les scientifiques ont ensuite réparti les participants en deux groupes :

  • Un premier groupe recevant uniquement le traitement standard habituel
  • Un second groupe recevant le traitement standard habituel plus le traitement TCT pendant 3 mois consistant en différents exercices d’apprentissage et de jeux de mémoire sur ordinateur, faisant souvent appel à des signaux sonores.

Les chercheurs ont alors pu observer une amélioration de l’apprentissage verbal et de la perception auditive ainsi qu’une diminution de la gravité des hallucinations auditives chez les patients ayant reçu le traitement amélioré avec le TCT :

 « Nos résultats suggèrent que les patients malades chroniques, lourdement handicapés peuvent bénéficier des effets du TCT, déclare le professeur Light, ce qui contredit les hypothèses actuelles. »

A noter ! L’âge, les symptômes cliniques, les traitements médicamenteux ou l’ancienneté de la maladie n’ont pas impacté sur ces effets positifs.

Cependant, le professeur Light précise que plus de recherches sont nécessaires pour une meilleure prise en charge des patients atteints de schizophrénie :

« Nous sommes à mi-chemin entre le Far West et l’âge d’or de l’entraînement cognitif des patients atteints de schizophrénie. Il reste encore beaucoup à apprendre et à faire. »

Tout l’enjeu des prochaines recherches consistera à pouvoir établir un diagnostic précoce de cette pathologie encore largement méconnue afin d’améliorer l’efficacité des traitements mis en place.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– This form of brain training may help treat severe schizophrenia. Medical News Today. Le 9 décembre 2018.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.